Un peu d'histoire...

J'aime bien réfléchir. Ca, c'est un fait. Et cela me pousse à remettre en question certaines notions, dont les constructions sociales, pour revenir à l'origine. Avant leur construction. Parce que la société s'est structurée d'une certaine manière, mais elle aurait pu le faire de tellement d'autres ! On le voit bien à la diversité des cultures de part le monde, ayant des fonctionnements différents. Mais si on va plus loin, on peut dire qu'il existe une culture humaine en général, car certaines constructions sont communes à l'humanité entière, du moins ce que j'en connais. D'ailleurs, avec la mondialisation, les structures tendent à s'harmoniser. Si, d'un côté, cela permet plus de communication, d'échange et de compréhension entre les peuples, cela nous dispense malheureusement aussi de questionner ces constructions sociales communes telles qu'elles sont actuellement.

J'aime me demander : « Et si l'humanité s'était construite autrement, qu'est-ce que ça donnerait ? ». Car ces constructions sont tellement ancrées en nous que nous n'imaginons pas le monde autrement.

Aujourd'hui, j'ai envie de parler des frontières. Nombreux sont ceux qui rêvent d'un monde sans frontière, pourtant il semble que celles-ci soient considérées comme immuables. Une condition sine qua non de la cohabitation entre êtres humains. Dans le monde actuel, sans doute. Mais est-ce que cela veut dire que cela est impossible ? Seulement si on se focalise sur notre époque, forgée telle que nous la connaissons par notre évolution, sans voir plus loin. Peut-être l'être humain aurait-il pu évoluer différemment ?

En soi, une frontière découle de l'appropriation de la Terre par un peuple. Ce qui peut certes s'avérer très pratique et servir de base à la construction de sociétés, mais qui ne va pas de soi. Qui a eu l'idée de s'approprier la Terre ? Et qui a inventé la propriété, d'ailleurs ? Cela date sans doute de la sédentarisation. Ce qui veut dire que les frontières ne sont pas indissociables de l'être humain, mais tout au plus, si elles le sont, de l'être humain sédentarisé. C'est bel et bien une construction sociale que l'Homme a édifiée, comme il aurait pu créer autre chose.

Il est vrai que beaucoup d'animaux terrestres ont la notion de territoire. Mais ils semblent plus protéger une réserve de ressources situées sur ce territoire qu'ériger des frontières proprement dites. A part les chiens, dont l'évolution est indissociable de celle de l'Homme. D'ailleurs, je pense qu'il défend plus le territoire de son maître que son territoire.