Le vocabulaire change vite

Je suis née en 1991. A l'époque, il n'y avait pas de téléphone portable. J'ai donc vu cet objet faire son apparition dans le quotidien. Je l'ai vu changer, son utilisation aussi. Et sans vraiment réaliser ce changement, car ma génération a grandi avec lui. Ça évoluait, et ça paraissait normal. Mais malgré tout, je me rends compte en tant qu'adulte de la rapidité du changement. Et je ne suis pas la seule. Beaucoup de personnes en ont conscience.

Mais il y a un changement que je n'ai absolument pas remarqué, et que j'ai réalisé il y a peu : le changement de langage. Oui, la langue change, ça je le vois bien ! Mais je ne parle pas là de « nouvelles expressions » mais de phrases nouvelles, sans changement de vocabulaire.

Il y a une phrase spécifique qui nous est tous sans doute très familière, et qui pourtant devait sembler totalement absurde (ou bien voulait dire autre chose) il y a quelques dizaines d'années : « je n'ai plus de batterie ».

Aux dernières nouvelles, l'homme ne fonctionne pas avec une batterie. Pourtant, nous comprenons tous. C'est notre téléphone qui doit être rechargé. Les voitures aussi ont une batterie. Mais ce n'est pas ce dont nous parlons, et tout le monde le comprend.

Je trouve ce changement tout aussi significatif que les chiffres sur le temps passé sur les applications. Car finalement, cela veut dire que notre téléphone est la matérialisation de nous, ou en tout cas notre « objet principal ». C'est vrai que c'est un outil bien pratique, et qui nous donne un accès instantané à presque tout. On y « stocke notre vie ». Mais il n'est pas nous. Ma vie existe même sans les informations sur elle stockées sur mon téléphone.