Encore un article bizarre

Les enfants ont-ils plus d'empathie pour les animaux que pour les humains?


Je m'explique. Les enfants sont confrontés à beaucoup d'histoires, qu'il s'agisse de contes, de petites histoires (dans un livre ou non), de chansons, de dessins animés ou autre. Et j'ai remarqué qu'étrangement, dans ces histoires, les enfants semblaient bien plus touchés par le sort des animaux que par celui des humains.

Il paraît que les morts les plus tristes des films Disney sont celles du père de Simba et de la mère de Bambi. Mais ce n'est pas tout !

Ma mère était professeure des écoles, et enseignait à des enfants de 6 ou 7 ans généralement. Il lui arrivait de leur lire des histoires, dont des contes bien connus comme le Petit Chaperon Rouge (y compris l'histoire originale qui se finit mal). Ce qui ne les bouleversait pas tellement, Même, lorsqu'il s'agissait d'écrire une suite, certains s'attachaient au loup et le faisaient devenir gentil.

L'histoire qui en revanche attristait profondément les élèves à chaque fois, c'est la Chèvre de Monsieur Seguin. C'est vrai que c'est attachant une chèvre en même temps. Mais si leur attachement est normal et émouvant, on ne s'attendrait pas spécialement à ce qu'il surpasse celui accordé à d'autres héros humains.

Et je retrouve ça dans ma propre histoire. Alors que la berceuse Perrine était servante, qui est sans doute l'histoire la plus glauque que je connaisse, ne m'a jamais empêché de dormir, la chanson du Petit Âne gris me faisait pleurer à tous les coups.

Peut-être que c'est une sorte de distanciation ? Je me souviens d'une séance de cinéma lorsque j'étais en classe de 6ème. Nous regardions un court métrage assez sombre, et une scène triste montrait un homme alcoolique casser son piano de colère. Et je pense que personne dans la classe n'a perçu alors le tragique de la situation. Nous avons tous rigolé, ce qui a étonné, et je crois choqué notre professeure. De même qu'un an plus tôt, dans le monde réel cette fois, personne de ma classe n'avait compris réellement le 11 septembre.

Sans doute y a-t-il des choses que notre esprit ne conçoit pas à cet âge-là et que ces exemples sont complexes à appréhender pour un enfant, en tout cas plus que la mort d'un personnage de dessin animé.