Avoir de l'énergie

Avoir de l'énergie. Je trouve cette expression étrange. Est-ce qu'on peut vraiment avoir quelque chose comme de l'énergie? Ou encore, si on va par là, de la faim ou de la soif? Pour moi, et il me semble pour la plupart des êtres vivants peuplant cette planète, il s'agit plutôt d'une sensation, d'un état. Les anglophones sont plus logiques que nous sur ce point, avec leurs "to be hungry" et "to be thirsty". Comment traduirait-on ça, si on voulait garder le verbe être? Être affamé? Être assoiffé?

Ca me paraît un peu extrême. Être affamé n'implique pas seulrement la faim, c'est avoir désespérément faim.

Donc il n'existe pas d'expression en français pour exprimer cela comme un état. En tout cas je n'en trouve pas.

Et puis, même le verbe être n'est peut-être pas approprié...

Je lisais récemment un recueil de textes sur le thème "être". Et l'une des choses que j'en ai retirées, c'est que le verbe être est énormément utilisé et qu'on y accole des adjectifs à tour de bras pour décrire son état actuel, ou se décrire soi. Ce qui est très restrictif. Car au fond, on n'a pas besoin d'être quelque chose pour être. On est tout simplement, et ce à chaque seconde, sans avoir besoin de définir plus. Ca devient un peu philosophique. Tout ça pour dire que s'identifier à tous ces termes peut nous aider à définir notre identité, mais c'est très réducteur vis-à-vis de nous-même.

Et dans le cas des exemples donnés précédemment, ce n'est même pas un état permanent! Donc être n'est peut-être pas le bon terme non plus?

Mais ce qui me gêne dans l'expression "avoir de l'énergie", c'est surtout la définition de l'énergie comme une possession. On entend souvent que notre société actuelle privilégie l'avoir à l'être. On dirait bien que ça se reflète dans nos expressions!

"Avoir de l'énergie" nous amène à penser que cette énergie vient de l'extérieur. Or, il me semble qu'elle est déjà en nous cette énergie. Même lorsque nous mangeons ou dormons, c'est bien notre corps qui nous fournit de l'énergie physique, bien qu'aidé par des circonstances extérieures. Et lorsque nous nous adonnons à une passion, méditons, rions, bref cultivons notre joie et/ou notre calme, nous sommes également notre propre source d'énergie.

Donc ni avoir, ni être, mais créer? "Je crée de l'énergie." Ou, si ça va trop loin (ou que vous trouvez le mot créer un peu trop casse-pieds à orthographier), sentir. "Je me sens énergisé." Ca sonne bien!